A la fête foraine, en passant devant les machines à pinces, Mélian dit « Je veux y jouer ».
Je lui réponds « C’est un attrape-nigaud ».
Et Mélian d’une voix plaintive répond : « Mais j’en veux moi des nigauds ! ».